dermatite atopique
#Peau fragile17/10/2018
6 questions que tout le monde se pose sur la dermatite atopique
La dermatite atopique, ou eczéma atopique, que l’on en soit touché de près ou de loin, on en entend parler, on en parle...et on se fait beaucoup d'idées sur la question. Les rumeurs vont bon train sur cette pathologie ! Il faut dire qu'elle peut être compliquée à cerner, avec ses facteurs multiples et les différences observées chez chacun … Place à plus de clarté, voici les réponses aux 6 questions que vous vous posez le plus sur la dermatite atopique !

La dermatite atopique est-elle contagieuse ?   

 

Non, voilà une idée reçue sur l'atopie bien trop répandue...

Être atteint de dermatite atopique, appelée également eczéma, n’est pas toujours facile à vivre dans la cour de récré ou au travail ! Pour apaiser ceux qu’elle touche, mais aussi pour rassurer ceux qui les côtoient, il est donc important de faire taire cette idée reçue, la dermatite atopique n'est pas contagieuse.

Alors si elle n'est pas contagieuse, comment l'attrape-t-on ? Justement, on ne l'attrape pas ! Il y a d'abord des prédispositions héréditaires : si papa ou maman est atopique, l'enfant a une chance sur deux de l’être aussi. Il y a également des facteurs externes comme les changements du mode de vie, le climat, la pollution...

 

La dermatite atopique est-elle une maladie rare ?   

 

Non, il s'agit même de la maladie la plus fréquente chez l'enfant ! Dans les pays industrialisés, 15 à 20 % des enfants sont atteints et les crises commencent tôt : avant l’âge de 6 mois dans la plupart des cas.

Par exemple : sur une classe de maternelle, cela équivaut presque à un enfant sur cinq.

Les crises peuvent-elles être anticipées ?

 

On peut arriver à anticiper certaines crises quand on tient compte de leur origine. Le problème, c’est qu’il est toujours complexe d'identifier les éléments déclencheurs particuliers car toute agression cutanée peut favoriser la survenue d’une poussée.

On sait tout de même que l'environnement et le stress sont bien souvent en cause. Des études ont démontré que les crises seraient déclenchées dans 37 % des cas par le climat et les changements de température et pour 32 % par le stress. Plus on est attentif à ces facteurs, plus on peut être vigilant quand ils pointent le bout de leur nez !

 

Les crises s'espacent-elles avec le temps ?  

 

Encore mieux que de s’espacer, elles disparaissent après l’âge de 7 ans dans la majorité des cas. Les crises deviennent de moins en moins fortes, de moins en moins fréquentes, puis s’arrêtent…

On n'est jamais certains qu'elles ne reviendront pas : dans certains cas, la période d'accalmie dure des années, la dermatite atopique s'est faite oublier et soudain une poussée ressurgit !

 

Le soleil est-il bon pour l'atopie ?

 

Oui, souvent le soleil a des effets bénéfiques sur la dermatite atopique car les UV peuvent faire diminuer l'inflammation et les rougeurs. Mais toutes les peaux atopiques ne réagissent pas de la même manière : il faut rester très vigilant et surveiller les effets du soleil sur votre peau.

Comme pour toutes les peaux, avoir le réflexe de se protéger des rayons du soleil est toujours de rigueur, on n’y coupe pas ! Évitez le soleil durant les heures les plus chaudes, de 11 h à 16 h, et protégez votre peau :

1) avec une crème adaptée aux peaux fragiles et atopiques en cas d’exposition !

2) en restant à l’ombre et en utilisant des vêtements et accessoires comme des lunettes de soleil, un chapeau ou encore un tee-shirt !

Voilà, c'est un peu plus clair, non ?